L’HISTOIRE D’HELENA

 

Le lin au Pays Basque

Le lin fait partie intégrante de l’histoire du Pays Basque. A l’état sauvage, il a toujours été présent dans les prairies et les fonds des vallées. A la fin du 14è siècle, il est cultivé dans les jardins et les fermes : on le retrouve partout dans la maison basque, « etxea » accompagnant la tradition, sous forme de vêtement ou d’ornement religieux pour les rites funéraires. Il est également tissé et devient une couverture typique appelée «mante à bœufs», véritable origine de notre linge basque.

 

historique

Tito Clemente

HELENA, ses vendeuses et son mari sur les marchés dans les années 50                  Tito CLEMENTE, HELENA SAINT JEAN DE LUZ

  

Le tissage et les « mantes à bœufs »

Ces toiles, grands rectangles de lin, bordées de sept rayures colorées, étaient fixées sur le dos des bœufs et leurs vaches de trait.

Cette coutume trouve sa source dans diverses interprétations : souci de protection des bêtes contre le soleil et les parasites, volonté du propriétaire de l’attelage, de signaler son appartenance à un corps de métier - bleu, pour les pêcheurs, vert, pour les agriculteurs, rouge pour les éleveurs - ; on dit aussi que la largeur des rayures indiquait la position sociale de la maison. Le nombre 7, lui, évoque le nombre des provinces forment le Pays Basque : quatre au sud des Pyrénées (Guipúzcoa, Biscaye, Alava et Navarre) forment le pays basque espagnol (Hegoalde) et trois au nord (Labourd, Basse Navarre, Soule) forment le pays basque côté français (Iparralde).

Vêtements, draps de lit, linceuls, mouchoirs et autres toiles sont donc autant de déclinaisons qui font de la culture et du tissage du lin, des activités importantes au 18è siècle. On peut compter à cette époque, entre Pays Basque, Bigorre et surtout Béarn, jusqu’à 600 familles de tisserands. La fabrication familiale et artisanale des toiles constitue une grande richesse économique locale : en 1781 et 1782, on recense 2000 métiers à tisser dans le Pays Basque.

Hélas, les guerres du 18è siècle, l’industrie mécanique du tissage, l’arrivée du coton à bon marché, au début du 20è siècle marquent l’abandon progressif des cultures de lin et des métiers à tisser dans notre région.


Histoirique

historique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 HELENA et les toiles basques typiques de l'époque à fond coloré.            La passion du tissage et des belles matières.

 

HELENA et le linge basque

Quelques familles, vont pourtant maintenir l’activité et participer au second souffle du linge basque. C’est dans un petit village du Béarn, proche de Nay, que la jeune HELENA, déniche un fabricant de toiles traditionnelles, qu’elle souhaite commercialiser sur les marchés. Elle débute en 1947, à St Jean de Luz, place Verdun, sur l’un des plus beaux marchés de la région.

Elle écume ainsi les places incontournables du Pays Basque et des Landes, avant d’ouvrir la première boutique HELENA à Biarritz.

Puis, son fils, Bernard Clémente, reprend le flambeau au début des années 70, et développe la maison HELENA avec sa compagne, Monique, installant une seconde boutique à Biarritz, puis une troisième à St Jean Pied de Port. Le succès de la marque est assuré par une qualité toujours irréprochable et des créations, s’adaptant aux goûts d’une nouvelle clientèle touristique plus urbaine.

L’histoire des boutiques HELENA reflète bien la tradition du travail en famille puisqu’en 2001, c’est le petit fils, Tito Clémente, qui ouvre sa boutique rue Loquin, à St Jean de Luz, amenant un souffle nouveau à l’affaire familiale. Son cadet, Bertrand, rejoint également la maison pour reprendre le flambeau aux côtés de son père en 2008. Ainsi, les goûts de chacun s’expriment et cohabitent dans des collections variées et toujours de qualité.

Aujourd’hui, HELENA est reconnue, tant par une clientèle locale, que touristique, friande de qualité . Toujours en quête de création et de tendances actuelles, HELENA demeure attachée aux valeurs d’antan, respect de la tradition et  qualité, les maîtres mots de la maison familiale depuis trois générations.


AccueilAccueil